Un petit article pour inaugurer la catégorie "Astuce de Maman" !

Dans cet article, je vais vous parler de mon N. et de ses difficultés d'appentissages.

Portrait scolaire de N. :

Pour commencer, je vais vous parler de lui et vous faire un petit tableau, pour vous situer ses difficultés et pourquoi j'en suis arrivée là.

N. est un petit garçon de 7 ans, très malin et intelligent. Il a une excellente mémoire auditive ( il apprends ses poésies ultra vite et connait même celles de son grand frère, rien qu'en l'entendant les réciter. ) et est très bon au jeux du memory. Il aime tout ce qui est jeux de société et de réflexion. Et là, on a envie de se dire, mais où est le problème ?

Le problème a débuté l'an dernier, en classe de CP, avec l'arrivée des listes de mots à apprendre : ce sont des mots dont il faut connaître l'orthographe afin de les écrire sous la dictée d'un adulte. J'ai commencé tout d'abord par lui faire lire, lui faire écrire plusieurs fois ... Et là, première catastrophe, car N. et l'écriture c'est compliqué : cela relève pour lui de la punition. Du coup, c'était pour lui double peine.

Du coup, il nous a fallu faire preuve d'originalité !

Quelles solutions ?

Nous avons tout d'abord utilisé la méthode auditive pure, qui est simplement le fait d'épeler les mots. Il les lisait, les epelait et cela plusieurs fois .. Mais, il n'est prenait aucun plaisir, et c'était un combat quotidien. L'nnée de CP s'est écoulée, difficilement, entre son soucis de graphisme, et un maitre tres pointilleux, et sa "lenteur" à retenir l'orthographe des mots. Durant cette année, son estime de soi en a pris un sacré coup et en tant que parents, cela a été difficile à vivre pour nous.

L'été est passé, et N. a changé d'enseignant : cela a été pour lui une vraie révélation ! Mais, la fatigue aidant, à chaque fin de période ces listes de mots sont devenus compliquées : le problème est, qu'en CE1, les mots sont dictés dans des phrases et sa méthode de s'épeller les mots dans sa tête avant de les écrire ne fonctionnait plus car trop longue !

Je me suis donc mise à la recherche d'une méthode différente, et j'ai mis à profit sa facilité à jouer au memory ! N. est un champion à ce jeu, il me bat facilement ... Nous avons donc décidé d'associer les 2 types de mémorisations les plus efficaces pour lui : l'auditive et la visuelle !

Nous avons créé un jeu de memory : pour le moment, rien d'extraordinaire, juste du papier bristol coupé en carrés identiques.

2017-02-14 15

N. prépare lui même le jeu chaque semaine en écrivant les mots de sa liste 2 fois ( et pour une fois, il ne réchigne pas à écrire), puis nous jouons comme le memory classique. Le fait de devoir visualiser les places des mots lui permet de photographier l'orthographe du mot. Je corse le jeu en lui demandant de m'epeler le mot pour remporter sa paire. Et croyez moi ou non, mais les devoirs sont devenus un moment de plaisir !

 

2017-02-14 15

Conclusion :

Je ne vous ai pas parlé d'une solution miracle, mais juste de celle qui semble efficace pour mon fils. Quel soulagement que les séances de devoir se passe avec le sourire, de le voir s'appliquer pour écrire .. Et la cerise sur le gâteau, c'est que cela fonctionne et que sa dernière dictée avant les vacances a été une vraie réussite ! Une très belle chose pour  sa confiance en lui qui a été mise à mal ( mais cela, ce sera l'occasion de faire un nouvel article là dessus ! ).

Et si je peux vous donner un conseil, soyez attentif au type de mémorisation de votre enfant : nous ne sommes pas égaux face à cela, malheureusement.

Si vous avez vous aussi des pistes, des méthodes ou des astuces, n'hesitez pas à nous les partager !